Wage Labour Rates in Upper Canada, 1818-1840

  • Peter Russell

Abstract

Despite the heavy influx of immigrants into Upper Canada from 1815 to 1840, wage rates remained in general surprisingly stable. On the one hand, the range of rates offered to skilled tradesmen, such as carpenters and blacksmiths, narrowed with a gradual downward trend. Fluctuation over time of farm labourers' wages was less than variation due to distance from points of entry and seasonal employment. Day labourers' wages, on the other hand, seem to have actually increased marginally. Although female servants started with lower wages and saw the rate fall over time, male servants' wages rose to the general level of unskilled men's rates. These trends point to a steadier demand for male labour as the province became more heavily populated. En dépit de l’afflux massif d’immigrants venus s’établir dans le Haut-Canada entre 1815 et 1840, la plupart des taux de salaires y sont demeurés étonnamment stables. Une grande partie des ouvriers qualifiés, tels les charpentiers et les forgerons, ont connu une réduction graduelle de l’éventail des salaires offerts. Par ailleurs, les salaires des ouvriers agricoles ont varié davantage en fonction de l’éloignement des points d’arrivée et des saisons que selon le cours des années. Pour ce qui est des journaliers agricoles, leurs salaires semblent avoir augmenté de façon marginale. Quant aux gages des domestiques masculins, ils se sont élevés au niveau des salaires des ouvriers masculins non spécialisés, tandis que les gages des domestiques féminines, déjà moins élevés au point de départ, se sont détériorés avec le temps. Ces tendances laissent supposer que la demande de main-d’oeuvre masculine s’est régularisée au fur et à mesure que la population augmentait.
Section
Articles