Gender and Transnationalism in the Work of Immigration Agent Elise von Koerber, 1872–1884

  • Angelika Sauer

Abstract

The history of nineteenth-century Canada is one of tentative nation-building when varied influences combined to determine the shape, content, and identity of the new country. Historians and anthropologists are increasingly using the concept of “transnationalism” both to emphasize that individual lives transcend national territory and to acknowledge the undeniable power that national states, cultures, and elites possess in delineating the parameters of multi-sited social spaces and their meaning. The study of immigration agents is a useful tool to demonstrate transcultural competency and its value to both the individual and the host society. Nearly all immigration agents in post-Confederation Canada were men, yet Elise von Koerber is one notable exception. Through her work, von Koerber, whose outlook was profoundly transnational, contested interpretations of the meaning of gender, ethnicity, and class from her own vantage point in the intellectual and ideological borderlands between Europe and North America. Although various currents in 1870s Canada and Continental Europe created a favourable climate for Koerber’s approach, her gendered transnationalism intersected and collided with national projects. Her ideas were cautiously endorsed on both sides of the Atlantic during the 1870s, yet lost ground to the dominant vision of Canada as integral part of the British Empire by the 1880s. L'histoire du Canada du XIXe siècle, c’est la tentative de bâtir un nouveau pays à une époque où les influences s’entremêlaient pour en déterminer la forme, le contenu et l’identité. Les historiens et les anthropologues utilisent de plus en plus le concept de « transnationalisme » à la fois pour marquer le fait que la vie individuelle transcende le territoire national et pour reconnaître le pouvoir indéniable qu'ont les États-nations, les cultures et les élites de délimiter les paramètres et le sens d’espaces sociaux à pôles multiples. L’étude des agents d’immigration est utile pour démontrer la compétence transculturelle et sa valeur tout autant pour l'individu que la société d'accueil. Presque tous les agents d'immigration dans le Canada post-Confédération étaient des hommes. Elise von Koerber est une exception notable. Par son travail, von Koerber, dont les perspectives étaient profondément transnationales, contestait le sens que l'on prêtait aux notions de genre, d'ethnicité et de la classe à travers le prisme intellectuel et idéologique à mi-chemin de l’Europe et de l’Amérique du Nord qu'était le sien. Si des courants divers créaient un climat favorable à l'approche de von Koerber au Canada et dans l'Europe continentale des années 1870 le transnationalisme de celle-ci se conjuguait et se butait aux projets nationaux. Durant les années 1870, on a prudemment souscrit à ses idées des deux côtés de l'Atlantique, mais au cours des années 1880, celles-ci ont perdu du terrain à la faveur de la vision dominante d'un Canada faisant partie intégrante de l'Empire britannique.
Section
Articles